Reconnue
par l'état

Grade de
master
Visé bac+5

Bachelor reconnu par l'Etat, inscrit RNCP Niveau II

 

Séminaire cryptomonnaies : Interview de Loïc Sauce, Enseignant chercheur à l’ISTEC

NULL

Séminaire cryptomonnaies : Interview de Loïc Sauce, Enseignant chercheur à l’ISTEC

Loïc, tu viens d’animer un nouveau séminaire sur les cryptomonnaies pour les étudiants de 3ème année. Pourquoi avoir décidé de mettre en place ce séminaire ?

En accord avec la pédagogie, j’ai proposé cette thématique pour plusieurs raisons. Premièrement, les cryptomonnaies et la technologie blockchain sur laquelle elles reposent sont des innovations majeures qui vont modifier en profondeur les systèmes de paiement et les modes de transfert d’information que nous connaissons. Ces technologies sont encore immatures. Néanmoins, il est probable que ces nouveaux outils et applications appartiennent bientôt à notre vie quotidienne, à la fois professionnelle et personnelle. Il semble donc pertinent de nous préparer à ces changements, en présentant à nos étudiants leur fonctionnement et leur raison d’être.

Deuxièmement, à ma connaissance nous sommes la première, ou une des premières, école de commerce en France à proposer un tel séminaire. C’est donc une opportunité pour nos étudiants de bénéficier d’une formation à la fois pointue, originale et différenciante.

Troisièmement, c’est un sujet que je connais très bien, puisque ma recherche porte précisément sur les cryptomonnaies. La synergie enseignement/recherche est ainsi évidente. Cette synergie est désirable pour les étudiants. Mais ce fut tout aussi bénéfique pour ma recherche. En effet, en montant ce séminaire, j’ai intégré de nouveaux éléments, par exemple sur les questions de gouvernance décentralisée, de réglementation et de barrières à la diffusion. Ce séminaire illustre la synergie enseignement/recherche : l’enseignement ne se fait pas au détriment de la recherche et la recherche enrichit la pédagogie.

Le sujet semble aride, plus proche de l’informatique que du monde de l’entreprise. La formation des étudiants n’a-t-elle pas été un frein à leur intérêt et à leur compréhension du sujet ?

Pas du tout ! Les étudiants étaient très enthousiastes, au contraire. Certains n’avaient quasiment jamais entendu parler de ces sujets et ne savaient donc pas à quoi s’attendre dans ce séminaire « Cryptomonnaies ». En revanche, d’autres avaient déjà des connaissances assez précises. Malgré cette forte disparité et contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, la dynamique fut très bonne et les échanges nombreux et de qualité. Les étudiants étaient curieux et sont rapidement rentrés dans le sujet !

Quels sujets avez-vous abordé ?

Il y avait énormément de possibilités. On peut en effet aborder le monde des cryptomonnaies de différentes manières. On peut par exemple se focaliser sur les dimensions technologiques et financières, s’intéresser à l’émergence d’un écosystème entrepreneurial, soulever des questions de légalité et d’éthique, etc. Nous avons évidemment abordé tous ces sujets, mais j’ai privilégié un angle différent. En effet, les cryptomonnaies ne sont pas qu’une innovation monétaire : elles émanent d’une philosophie originale et méconnue, qu’on appelle « Cypherpunk » ou « Crypto-anarchie ». Je pense que pour comprendre le monde des cryptomonnaies, il faut connaître cette philosophie. Or, beaucoup trop de commentateurs négligent ou ignorent ce point. C’était aussi l’un des défis de ce séminaire.

Quelle a été leur réaction ?

Ils ne s’y attendaient pas, mais la majorité des étudiants apprécie quand on les emmène hors de leur zone de confort. De plus, d’un point de vue pédagogique, cela a permis de mettre au second plan la dimension technologique pour se focaliser davantage sur les motivations et les profils des utilisateurs. Nous avons pu aussi aborder des sujets en adéquation directe avec leur formation, tels que le rôle des réseaux sociaux et des influenceurs, les problèmes d’image dont souffrent les cryptomonnaies, sans pour autant négliger les aspects financiers et économiques du phénomène. En fin de compte, la dimension philosophique fut une excellente porte d’entrée dans l’univers des cryptomonnaies.

Satisfait pour une première ?

Oui, très ! Ce séminaire a permis de montrer aux étudiants que les cryptomonnaies ne sont pas un sujet à la mode et dans l’air du temps, mais soulèvent des questions de fond sur la confiance, les réseaux, l’utilisation des technologies, etc. Comme l’industrie des cryptomonnaies et la technologie blockchain sont encore immatures, le contenu du séminaire va forcément évoluer pour coller au plus près des dernières avancées. Le sujet est mouvant, c’est aussi ce qui le rend intéressant pour les étudiants et passionnant pour moi en tant qu’enseignant-chercheur !